Neuropsychologie


images (1)La neuropsychologie est la branche de la psychologie qui évalue les fonctions cognitives en lien avec les structures cérébrales. Par fonctions cognitives, nous entendons tous les processus mentaux (l’attention, la mémoire, le langage, etc.) qui interviennent entre le moment où nous percevons une information dans l’environnement et où nous produisons une réponse.

Pourquoi faire appel à une neuropsychologue ?images (4)

– difficultés scolaires;
– diagnostic de troubles d’apprentissages (dyspraxie, dyslexie, dysphasie,…);
– diagnostic de trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H);
– diagnostic de troubles du comportement (trouble d’opposition, trouble des conduite);
– difficultés d’organisation ou de structuration spatiale;
– troubles mnésiques;
– démotivation ou décrochage scolaire (méthode de travail);
– suspicion de faiblesses intellectuelles ou d’un fonctionnement à haut potentiel;
– bilan cognitif dans le cadre d’une expertise ( séquelles suite à un accident de la route par exemple);images (5)
– diagnostic de maladies neurodégénératives chez la personne âgée (maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson,etc.);
– réalisation d’un test de QI dans le cadre d’un remboursement des séances de logopédie;
– etc.

Et concrètement ?

Le diagnostic :

Nous proposons la réalisation d’un bilan qui se déroule généralement en 1 à 3 séance(s) d’1h (30min. pour les jeunes enfants de moins de 6 ans).

Durant celle(s)-ci, nous évaluons :

– le fonctionnement attentionnel et exécutif : « Il est sans cesse distrait, il se déconcentre rapidement, il n’écoute pas les consignes, il ne termine pas ce qu’il a commencé, il ne tient pas en place, il change sans cesse d’activité, il réalise de nombreuses erreurs dans des contrôles pour lesquels il connait pourtant la matière, etc. »
– le fonctionnement mnésique (à court et à long terme): « Il mémorise difficilement et/ou oublie rapidement certaines matières, des règles d’orthographe, il oublie ce qu’on vient de lui demander, etc. »

– les fonctions visuo-spatiales et praxiques : « Il éprouve d’importantes difficultés pour dessiner, écrire, s’habiller, il est très maladroit et se cogne souvent, il a eu des difficultés à apprendre à rouler à vélo, à manipuler des ciseaux, il semble perdu quand il doit ranger (sa mallette, sa chambre), il présente des difficultés à recopier sans erreur du tableau, il est vite fatigué, il finit souvent le dernier, il connait très bien sa matière mais n’a pas réussi à répondre aux questions écrites du contrôles, etc. »

– le fonctionnement intellectuel : un test de QI peut être nécessaire afin d’évaluer ou au contraire d’exclure une faiblesse ou une déficience intellectuelle, de mettre en évidence les forces et faiblesses dans les capacités de l’enfant, d’évaluer la présence d’un fonctionnement à haut potentiel ou pour certaines raisons administratives (mise en place d’un suivi logopédique). Les échelles Weschler sont utilisées en priorité (WPPSI-III, WISC-IV et WAIS-III).

images (3)

La rééducation :
Nous proposons aux patients qui présentent des troubles :

– une stimulation cérébrale par des exercices et jeux divers qui seront choisis en fonction des aptitudes défaillantes à rééduquer ;
– une rééducation spécifique de l’écriture (travail du mouvement puis de la forme, graphomotricité);
– la mise en place de stratégies compensatoires des troubles qui se basent sur les forces du patient. Celle-ci nécessite parfois une rencontre avec le corps enseignant . Dans le cas d’une écriture non fonctionnelle (dyspraxie/dyslexie/dysgraphie/…), l’apprentissage du clavier caché sera proposé ;

– un suivi en psychoéducation pourrait également être proposé (Psychoéducation).

Dans le cas de troubles « dys », une prise en charge posturale est fréquemment poposée. En quoi cela consiste? Rubrique « Posturologie ».

images (6)